la solitude des nombres premiers

« Mattia s’ingéniait à se mouvoir sans bruit. Il savait que le désordre du monde ne peut que croître, que le bruit de fond augmenterait au point de couvrir tout signal cohérent, mais il était persuadé que, en mesurant attentivement chacun de ses gestes, il aurait moins de responsabilités dans cette lente désagrégation. » P. Giordano.

J’aime beaucoup ce passage 🙂

pile-livres

livresque – septembre 2015 – 

 

croquis-livre-alto-800

croquis – août 2013

 

 

 

 

Publicités

les sensations corporelles et l’interprétation musicale

petite lecture du matin…

Les sensations corporelles et l’interprétation musicale de Marie Mahec.

Où il est question de l’émotion induite par  le geste dans la pratique musicale, mais pas que.

Où l’on découvre la différence entre proprioception et kinesthésie.

L’auteure affirme que l’émotion née de la perception de sensations extérieures, que son origine vient de la perception de stimulis.. donc lié aux 5 sens. Le corps réagit ensuite par des changements corporels (mouvement, rythme cardiaque..).

La perception est dite interprétation, différente d’un homme à l’autre donc subjective..

La question de l’art se pose aussi.. l’art est-il savoir, connaissance, expression d’un soi intérieur entre imaginaire et réalité ?

La danse vient aussi s’immiscer..

Allez, je vous laisse lire, 20 pages, c’est rapide 🙂 😉

 

et le cerveau alors ?

Mes lectures m’amènent vers les neurosciences. Plus je lis, plus je trouve ce domaine passionnant !

Ça tombe bien, j’ai décidé d’être moins bête cette année !! 🙂

Les premiers livres que j’aborde sont plutôt de la vulgarisation, j’espère aller vers des concepts plus précis petit à petit, pour autant que je les comprenne. Cela m’amène à nouveau à m’interroger sur ce qu’il se passe dans ma tête lorsque je dessine ou peins.

dessin-cerveau-graphite-devenir

dessin réalisé à la lecture de « L’erreur de Descartes » – crayon graphite

L’erreur de Descartes – la raison des émotions – Antonio Damasio.

Ce livre est un peu ancien, 1994 et je suppose que des avancées remettent en question une partie de ce qui est dit là. Toutefois, vu que je possède ce bouquin, autant le lire. Et c’est aussi intéressant de voir l’évolution des connaissances sur le sujet.

Le sujet principal est l’impact de la sphère émotionnelle dans la prise de décision et des conséquences sur la personnalité en cas de lésion du lobe préfrontal. L’idée je crois est d’amener à penser que les émotions ont un impact sur le raisonnement, la personnalité et la prise de décision notamment en tenant compte des acquis sociaux.

Ce livre est assez bien vulgarisé, je comprend tout 😀  C’est typiquement le genre de livre américain avec foultitude d’exemples de cas cliniques pour étayer des hypothèses médicales. Généralement je ne suis pas fan de ce genre mais là c’est plutôt pas mal fait, avec une évolution des cas étudiés. On se rend compte que les 1ères recherches sur l’impact des lésions du cerveau étaient assez tâtonnantes et très hypothétiques. Et on réalise aussi le côté effroyable des opérations sur le cerveau sur des patients atteins de troubles psychiatriques !! Incroyable et effroyable ! Un gars a fait des trous dans la matière blanche de patients ayant des troubles psychotiques pour les soulager de leur anxiété !! Il a constaté qu’ensuite ils étaient calmes et ne semblaient plus souffrir ! Et il y a pire…

Je ne sais pas si ce livre est recommandable car assez ancien, mais j’ai vu qu’il existe une version plus récente de 2010, à préférer sans doute. Je lirai ensuite un autre du même auteur, et j’en ai repéré un plus récent à la bibliothèque sur les neurosciences, puis un autre et un autre…. :D.. le problème c’est que je ne lis pas assez vite 😀 😀

 

Betty Edward – Dessiner avec le cerveau droit – I

Je ressors un vieux bouquin… j’avais pris des notes lorsque j’avais fait les exercices, mais elles se sont envolées avec la disparition de mon précédent blog hélas !

Les premiers exercices du bouquin sont des exercices de visualisation, afin de prendre conscience de notre cerveau droit et notre cerveau gauche et de leur communication (pour autant qu’on le puisse..). Je débute la lecture de ce livre et ne suis déjà pas d’accord avec certains idées… comme sa définition/comparaison « imagination » et « visualisation »… elle considère que l’imagination est une image fixe alors que la visualisation est mouvante.

L’imagination est bien plus qu’une image,  et surtout pas fixe. De mon côté, je pense que la visualisation c’est comme regarder une photo ou un film dans sa tête, ou sur un écran transparent. Cela me fait penser aux calques de photoshop, la possibilité d’ajouter un film coloré à la vie réelle, comme une surimpression.

Quant à l’imagination, c’est simplement le fait de penser quelque chose qui n’est pas concrètement devant nos yeux au moment où l’on y pense, cela peut tout aussi bien bien être un élément visuel (d’où la visualisation), un élément sonore ou des mots, ou quelque chose de tactile.. cela n’a rien à voir avec l’immobilité d’une image, et ne se réduit pas seulement à l’image à mon avis.

Ceci étant dit, je poursuis ma lecture.. faut dire que le livre date des années 70 alors bon.. un peu de tolérance 😀 😀 😉 je ne vais pas relever toutes les incohérences.

J’envisage de faire tous les exercices du livre ainsi que ceux d’un autre qu’elle écrit plus axé sur la créativité. J’aimerais voir si je ressens quelque chose de particulier comme précédemment, si vraiment cette théorie cerveau droit-cerveau gauche tient la route, et si cela rebooste ma créativité et ma pratique artistique un peu en berne et si par la même occasion cela pouvait relancer un peu ma tête qui fonctionne au ralentit ces derniers temps…

Je relaterai mes sensations ici, et les exos proprement de dessins là :

Betty Edward, dessiner grâce au cerveau droit, 1

J’ai vu qu’une version 2014 du livre existe, je ne sais pas quelles y sont les évolutions.

Donc, je reviens aux 1ers exercices… on commence avec de la visualisation, passer d’un cerveau à l’autre… j’avais déjà remarqué que le fait même d’imaginer crée du plaisir. Au départ je pensais que c’était l’image rigolote qui générait ce plaisir, mais non, c’est l’acte d’imaginer. Il doit se passer un truc dans le cerveau à ce moment là.. je n’ai pas encore trouver quoi.

Donc, je fais les exos de visualisation, j’imagine ce petit bonhomme passer d’un lobe frontal à l’autre, avec des couleurs, des symboles, l’un plutôt cartésien l’autre plutôt créatif… je ressens rien de particulier hormis du plaisir.

Je fais les 1ers dessins de vases. J’ai envie d’écouter de la musique, mais me je m’abstiens, afin de bien ressentir ce qu’il se passe.

A mon avis, cette sensation particulière ressentie lorsque l’on dessine est simplement un EMC (Etat Modifié de Conscience), mais il faut que j’approfondisse le sujet.

Résultat de l’exercice :

Je dessine facilement la partie gauche en nommant chacun des éléments du visage… à priori mode gauche.

Ensuite, pour la partie droite, je dois passer en mode droit, ne pas nommer d’éléments liés au visage mais seulement au trait..  le début est délicat, je ne sais pas vers où engager mon trait. Il me faut un petit laps de temps, je ressens quelque chose au niveau des yeux, soit je cligne comme pour me concentrer soit je sens mes yeux bifurquer, peut être simplement de comparer les 2 visages inversé. je ne sais pas vraiment si je me concentre ou me déconcentre justement !  Cela fonctionne et le trait avance tout seul dès que je laisse aller..

 

Références.
Lobe frontal du cerveau


L’erreur de Descartes : La raison des émotions

Dessiner grâce au cerveau droit (4e édition)

Livre : habitarbre

Ma main vagabonde et s’arrête sur ce livre posé sur une table….

Je tourne les pages…

habitarbre-os

j’aime…

habitarbre-plan

habitarbre-maison-cerisiers

livre-habitarbre-maison-bleue

Et plein d’autres dessins et illustrations, tantôt au crayon, tantôt en couleur…

Sur la dernière page, j’apprends que ce travail a fait l’objet d’une exposition.

Vegtal city – Luc Schuiten

je potasse… un peu.. le dessin de bâtiments

J’ai trouvé à la bibliothèque un livre intéressant :

Dessin d’architecture : A main levée

J’ai commencé à travailler avec. Je me rend compte que le style de dessin n’est pas similaire au mien, il y a quelques particularités spécifiques aux bâtiments. Le graphite est à l’honneur, surtout les crayons secs comme le 2H pour un dessin de précision.

croquis-livre-dessin-archi-001

Je me rend compte aussi que mon dessin manque de précision, n’est pas assez soigné et un peu hâtif (ouille la perspective :D)

J’aime bien.. le livre, pas mon dessin 😉