Paysage agricole.. la suite

Je suis face à la peinture, et je me demande ce que je vais bien pouvoir faire. C’est sec au toucher, j’avais utilisé du liquin pour l’ébauche.

Mes premières questions sont techniques.. est-ce que je mets du vernis à retoucher ou pas ? j’ai la flegme de chercher, cela va me prendre des plombes de consulter mes différents bouquins et faire une recherche sur le net pour trouver la véritable nécessité, ou pas d’en mettre.. Je passe outre, je n’en met pas. Je ne vois pas d’embus… en même temps je suis pas sûre qu’il y en ai avec le liquin… et puis je n’ai pas envie d’avoir une accroche glissante..

Le liquin donne un aspect satiné à la peinture finie, et une matière qui ne me convient pas tout à fait. J’ai déjà fait des séries de test de médiums pour voir ceux qui me conviennent. J’ai une préférence pour les agglutinants façon Xavier de Langlais, aussi bien pour la texture que pour le rendu final.. seulement là je veux pouvoir travailler tous les jours… il faudrait que je fasse des tests de séchage.. enfin siccativité pour être plus juste 😀 et trouver un médium autre qu’alkyde.

Tout ça pour exprimer ce grand vide face à cette peinture. Qu’est-ce que je fais ?

Aucune idée !!

Ce qui est sûr, c’est que cette grande étendue verte ne va pas du tout. Alors je me lance.. je sens bien que je fais à peu près n’importe quoi, sans savoir ni où je vais ni comment m’y prendre. De temps en temps je me rassure en me disant que je donne de la texture et que je pose un contraste avec les silos… bein voyons.. je poursuis tout de même. Je mets le tableau à l’envers.. je me dis « non pas de photos avant/après.. inutile de me torturer » 😀 je peins encore.. je le redresse.. je m’empêche d’être trop négative et me dis que je verrai bien lorsque ce sera sec. Je pense quand même que je n’ai pas l’habitude de peindre les étendues vertes, l’herbe, la terre, de si grandes surfaces, que j’aurai bien besoin de quelques exercices… mais comment ils font les autres ?! 😀

J’ai une pensée pour Yves Bellorgey et Thorgrimur qui savent si bien faire des barbouillages crédibles… comme j’aimerais savoir faire… je pense aussi que j’ai pas beaucoup avancé depuis mes derniers grands tableaux urbains, toujours du barbouillage. Je me dis qu’il faudrait que je prenne plus le temps.. mais.. mais…

.. et je passe aux silos et bâtisses.

J’essaie de me concentrer, et je me demande comment je fais lorsque je dessine.. je simplifie la problématique en peignant en gris.. alors que j’aime tant la couleur… pas grave… je poursuis… je verrai après (c’est bien ça comme devise « je verrai après » :D)

Je n’ai plus beaucoup de temps, il est déjà 17h… je me sens un peu plus à l’aise avec ses bâtisses, mais je n’ai pas le temps de toutes les travailler, ni suffisamment celles que j’ai touchées… derniers coups de pinceaux : je mets du vert dans le ciel ! je me dis que cela ira mieux comme teinte, du vert.. bon, en léger glacis, hein pas trop d’affolement, mais ça me plait bien.

Je regarde le tableau, c’est l’heure d’arrêter. J’en ai plein les mains, plein le visage aussi ! J’ai sali 2 palettes, pas trop de pinceaux.. je me dis que je vais finir par avoir le tableau d’une base extra-terrestres si je continue ainsi.. mais j’aime bien ce vert dans le ciel ! Je me dis que du coup le reste ne va plus…. j’ai envie de recommencer le même tableau, mais autrement, mais je me raisonne, je me dis que celui-ci est une aventure à lui tout seul.. j’ai un peu l’impression de faire des études directement sur la toile.. je ne sais pas si c’est rentable… c’est un peu bizarre..

Je n’ai pas fais de photo, le jour baisse déjà. Bon, et bien, je verrai demain 😀 😀

Dans mon optimisme-positivisme et interdiction de se lamenter, je suis contente d’avoir pu travailler 2 séances sur le même tableau sans m’auto-flageller.. enfin pas trop :D, dans un esprit d’avancement en plusieurs étapes.. j’ai pas trop l’habitude de travailler ainsi.. je suis plus une « alla prima » .. ça évite les blocages de reprise et les déceptions face aux étapes intermédiaires.. en même temps sur les grands formats, c’est pas trop gérable. 🙂

Si ça se trouve à la fin se sera pas mal ?? .. ou pas !! 😀 mais je m’en fiche, j’en ferais un autre…

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Paysage agricole.. la suite

  1. Thématique intéressante, récit sympathique … c’est parti pour de belles séries 🙂
    Si je peux me permettre : lorsque ta peinture est sèche , tu peux passer un peu de medium (pas trop gras) pour une bonne meilleure accroche même sur une base peinte au Liquin, pas nécessaire d’utiliser le vernis à retoucher (qui est à garder pour les finitions seulement).
    Bonne continuation…
    Isabelle

    PS1.: Thorgrimur = barbouillage!!! ouahhh tu y vas un peu fort 😉

    PS2.: j’ai vu le travail d’un artiste dernièrement qui pourrait t’intéresser
    http://www.galerie-l-oeil-du-prince.com/fr/portfolio/bennett-vadnais/

  2. Coucou Isabelle 🙂
    Merci pour le conseil du medium.
    Thorgrimur : 😀 😀 . j’adore comment il peint et j’aimerais savoir faire pareil. Par contre, il est sur d’assez petits formats, cela aide, mais il saurait sans doute faire aussi en plus grand.
    Je vais regarder le peintre que tu me conseilles.

  3. Salut, Sandrine – content de te voir en action 🙂 ! Je ne connaissais pas les deux peintres cités (par toi et puis Isa) – je les aime bcp tous tes deux. Tu as toujours tellement fait – ca me sidère que tu puisse faire aussi de la musique.

    Je fais quelques réflexions – comme ça – pas de but – juste in constat ;

    J’ai vu sur ces (disons) 8 dernière années des millier de tableaux – beaucoup vraiment bien/extraordinaires – mais il reste très peu dans ma mémoire/que j’aurais vraiment envie d’accrocher chez moi – un problème c’est la quantité d’images, un autre est que très peu d’images vont avoir une signification particulièrement fort pour (moi dans l’occurrence)

    J’ai simplifié ma démarche au strict minimum – quelques grands tubes de peinture à l »huile ( de l’acrylique l’hiver à cause de l’odeur).

    Je ne suis aucun cours/regarde aucun livre/manuel/vidéo d’instruction – juste utiliser les principes/leçons qui me sont restés en tête.

    Je peins quand j’ai envie et sans aucun but sauf de sortir ce qui ‘sort’….

    🙂 ben, voilà, sais pas pourquoi j’avais envie de dire cela – l’honnêteté de ton récit a dû me toucher! 🙂 Bien à toi!

    • Salut Jon,
      merci pour ton avis. En effet, à un moment il faut arrêter de regarder les autres, et lâcher-prise pour s’exprimer. Après tout, on peint pour notre plaisir/envie en premier lieu…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s