L’émotion de la peinture

Avec ce dessin vendu, je réalise que je vends (pas souvent mais lorsque cela arrive), essentiellement du dessin d’une part, et généralement ceux où je mets de moi dedans, que je réalise avec émotion et  énergie, un sens très personnel qui s’impose dans la réalisation. Quelque soit le motif, et ses imperfections.

J’ai essayé de peindre avec une méthode, pensée, structurée, réflexion… et cela ne fonctionne pas. Je ne suis pas dedans. Je ne m’investis pas assez.

Je pense à ce que j’ai fait sur la zone industrielle.. que j’envisage de poncer d’ailleurs 😀

J’ai travailler la composition, le contraste, la matière, la couleur, les valeurs, le sens. Et cela ne marche pas. Trop froid ? Travail pas assez poussé ?

Et je ne comprend pas vraiment pourquoi cela ne fonctionne pas.. théoriquement, cela devrait… théoriquement…

 

J’ai pas poussé car ce n’était pas nécessaire, ce n’était pas le sens. Je sais que la virtuosité picturale n’est pas nécessaire.. théoriquement… peut être qu’elle l’est lorsque le peintre ne mets pas son âme dedans, ses tripes, son énergie ? Est-ce vraiment la sienne d’ailleurs ?! Ou alors la virtuosité arrive en mettant son énergie justement…

 

J’ai mis du temps à comprendre pourquoi Piccasso, Peyton et d’autres.. se sont absous de la virtuosité picturale, de la valeur, du modelé.. si je comprenais avec les mots, je n’intégrais pas. J’ai besoin de faire l’expérience et vivre les choses pour les intégrer, les avaler, les digérer.. ma tête est le réceptacle de la digestion de mon corps. Mes yeux regardent, mes mains mangent, mon corps digère et donne à ma tête les particules essentielles de compréhension.

A quoi ça sert d’apprendre la composition, l’harmonie des couleurs, des techniques de peinture, quand ce qui marche c’est une pôv’ bobine posée comme ça, sans fond, sans composition autre qu’elle même dans un espace de vide.. le néant.. la bobine, juste elle…

Pourquoi je n’arrive pas à peindre bêtement, sans me poser de question, sur ce que je fais ou sur ce que je ressens ? Pourquoi je veux absolument comprendre ce qu’il se passe en moi lorsque je peins ? Pourquoi je ne prend pas sans m’interroger…

Pourquoi cela me fait peur ?  Cette énergie, elle sort d’où ?

Je viens d’écouter François Bard (merci Dominique).. il en parle, l’énergie de la peinture.. ce gars présente bien, posé, censé.. il accepte ce que la peinture lui donne comme normal. Il parle de bonheur.

 

Quel est mon problème ? Je crois que c’est ça.. parfois, l’énergie de la peinture est trop forte, elle me bouleverse, je ne comprend pas d’où cela vient et ce que c’est, et ça me fait peur. J’ai peur que ce soit une folie. J’ai peur de m’engouffrer dedans, la laisser faire, ne plus rien maîtriser. Alors je la bloque, je l’empêche de m’enivrer.. sauf pour peindre de petits objets, juste par nécessité, pour le bien-être que cela procure,  j’entre-bâille la porte..

Aucun peintre ne parle de ça ?

Parfois, il ne se passe rien, le vide, le néant..

 

Danielle m’a dit, en parlant de son fils, c’est comme avoir un cheval sauvage dans le ventre. Il faut apprendre à le monter. Cela me fait penser un peu à cela, sauf que je ne connais pas les chevaux :/ 😀 😀

 

ou alors, je me suis trompée, je ne suis pas faite pour être peintre.. cela ne se choisi pas.. peut être.. ou alors la peinture m’a visitée et je ne l’ai pas acceptée !! Va-t-elle revenir ?

tiens, paradoxalement, je devrais peindre aujourd’hui, cela me ferait sans doute du bien.. un truc bête et « méchant » comme on dit.. je sais quoi :))

 

 

 

Publicités

7 réflexions sur “L’émotion de la peinture

  1. j’avais supprimé mon post.. me disant.. mais quelle prétentieuse je suis !!
    et puis, je le remets, car c’est pour moi que je l’écris. De toute façon, j’ai 4 lecteurs sur mon blog alors 😀 😀 Au pire, j’en aurai plus que 2 😀 😀

  2. Oui, il faut accepter de se laisser aller dans cette folie. La laisser t’atteindre, puis dialoguer avec elle sur la toile. Personnellement, j’ai trouvé un medium pour y arriver, c’est la musique. Je mets une musique que j’aime et je la laisse tourner en boucle, le disque entier plusieurs fois. C’est comme un mantra. Je connais par coeur, ça me permet de me mettre dans un état particulier sans y penser. Je dessine et je suis dans la musique, dans l’état de la musique (gaieté, fureur, etc…)Et alors il se passe quelque chose, je ne sais pas comment le décrire, mais à chaque fois ça marche, c’est magique. Il y a quelques années, j’ai voulu faire une expo avec d’autres artistes que j’aurais intitulé « trabouls ». Les trabouls sont des passages cachés, de grands couloirs, des rues qui passent sous les immeubles, qui les traversent et les relient (à lyon). Avec mes amis, nous voulions dessiner ou peindre quelque chose de cohérent. faire un ensemble. Il n’y avait pas de thèmes commun qui nous plaise, pas de format non plus, ni de technique, aussi j’avais proposé que le lien entre nous soit une musique commune pour réaliser nos oeuvres. J’étais persuadée que le lien se verrait lors de l’expo, avec la musique en toile de fond. L’expo n’a jamais eu lieu, c’est dommage. Un traboul artistique…. Aujourd’hui 5 ans après, j’ai encore envie de faire cette expérience !

    • Merci pour ton expérience. La musique oui :))
      Je trouve ton idée de peindre ou dessiner avec une musique comme fil rouge excellente !! 😀 😀 En plus, cela peut être décliné.. ce serait intéressant de voir comment plusieurs artistes s’expriment sur une même musique.. tu pourrais imaginer un travail avec plusieurs mouvements, comme pour un morceau.. un adagio puis un allegro.. etc 😀 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s