point de vue singulier…. travail sur le temps

Voilà, c’est les vacances, et pour moi 1ère journée de stage. Je suis dans une école d’art, où j’enchaîne deux stages. J’aime venir ici, me plonger dans l’art plastique, dans une vision différente de l’art, une vision actuelle. Je touche du doigt un univers que j’ai envie de connaître, qui m’attire… qui peut être peut m’apporter une réponse, tout du moins un chemin, une piste…

Cette première journée fut très agréable. Je n’ai pas vu le temps passé. Nous sommes 11 stagiaires, dont 2 adultes et 9 jeunes venus ici pour la plupart afin d’étoffer leur dossier de candidature. Ca me plait cette mixité, ça me plait de côtoyer des jeunes, de voir quel regard il porte sur leur univers… et j’adore faire des stages dans cette école. 😀 😀

Nous avons commencé par une introduction de ce que nous allons voir :

– la création est un travail de recherche (j’adore l’idée de chercher :D)

– l’artiste soulève des problèmes pratiques, il questionne (moi qui me pose tout le temps des questions, y’a peut être moyen d’exploiter…)

– qu’est-ce que j’ai à dire ? Comment je me situe dans notre société actuelle, socialement, économiquement … ?

– comment je me place dans le monde artistique ?

– apprendre à décliner un sujet

– comment on le travaille ?

Un thème de travail nous est proposé pour la semaine : le temps.

La prof a délibérément choisi un thème classique mais impalpable, pour que l’on ne tombe pas dans l’illustration 😀 😀 je crois que nous allons plutôt faire un travail abstrait.

Bon… je compte les pages écrites dans mon cahier.. j’ai 8 feuilles recto-verso de prise de notes pour aujourd’hui.. qu’est-ce que je vous raconte ?! C’est difficile, je ne sais pas trop…

En fait, on bosse sur un sujet, en apprenant en même temps comment travailler.. c’est en quelque sorte théorie et pratique en même temps.

On à commencé par un genre de brainstorming sur le temps. La prof nous a aussi fait un petit topo sur différents éléments, on a parlé poésie, philosophie. On a beaucoup parlé.

Puis on a démarré des exercices de valeurs et de recherche d’écriture afin de découvrir la richesse de l’outil que l’on utilise (en l’occurrence le graphite et le papier) et on a travaillé à libérer notre geste.

L’après-midi, nous avons commencé à travailler sur le temps, en utilisant ce que nous avons vu le matin.

dessin au graphite

le dérèglement du temps – dessin au graphite, format raisin

J’ai aimé, et cela rejoins certaines de mes pensées :

– On n’a pas besoin d’avoir un style, on pas besoin d’être reconnu. Toujours nous poussons les limites.

– La technique n’est qu’un choix permettant d’exprimer le mieux possible ce que l’on veut dire

– L’art est intellectuel

– Il y a l’art décoratif, il y a l’art qui questionne, l’abstrait ou le figuratif.. il y a pour tout le monde, c’est une question de choix

– L’art est universel, tous les arts peuvent parler des mêmes sujets

Toutefois, je m’interroge… Je me suis interrogée… qu’ai-je à dire ?!! ai-je quelque chose à dire ?!

Publicités

4 réflexions sur “point de vue singulier…. travail sur le temps

  1. J’ai montré mon dessin à mon entourage.. j’ai vu un sourire sarcastique d’un côté, de l’autre on m’a demandé si c’est un barbelé… ensuite ma fille, 7 ans, m’a demandé comment j’ai fait ce dessin, alors je lui ai expliqué.. j’ai utilisé un crayon graphite qui était l’outil imposé aujourd’hui. Ensuite, je me suis demandé comment représenter le temps… je l’ai pensé comme un « élément » continu, sans fin (à priori), un peu comme une boucle (la boucle représentant un infini), le temps concept inventé par l’homme, qui semble fluctuer selon le regard qu’on lui porte, comment on le vit mais toujours il poursuit sa route..
    Ensuite, je me suis dit que s’il est déréglé, c’est qu’il y a un élément perturbant… un élément hors temps qui vient le bousculer… d’où la barre noire (dégradée en valeur pour l’intérêt plastique) .. le temps se cogne sur l’obstacle, et essaie de poursuivre sa course.. il recule mais revient inlassablement… la boucle s’intensifie en valeur, en force devant l’obstacle et fini par trouver un contournement…. dans son élan il reprend des boucles amples, puis une nouvelle régularité, différente de celle précédent l’obstacle, un peu comme si l’obstacle perturbant avait permis d’accorder, organiser le temps 🙂
    Ma fille a écouter, regarder et m’a dit comprendre. Mon regardeur narquois finalement a trouver qu’effectivement cela dit ce que je voulais dire… moi même, après l’avoir fait, je me suis dit… pourquoi faire plus ? Finalement, pourquoi faire un dessin de plusieurs heure dans ce cas là ??! En même temps c’est tellement facile… :/
    Bon, vous en pensez quoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s