les bobines, peinture à l’huile

J’aime les bobines de fil. J’en ai plusieurs, je les achète à l’unité lorsque j’en croise une qui me plait.
Je ne sais pas pourquoi.. pas de maman couturière… je les trouve belles… j’avoue une espèce de fascination pour ses pelotes, objet simple et complexe, qui se déroule, s’emmêle. Il exprime aussi un travail, celui de la couturière, presque une autre époque. Une désuétude.

La lumière a une façon particulière de se poser dessus, laissant la matière s’exprimer, tantôt mate, tantôt lisse et brillante.

Je constate que j’ai besoin par moment de faire une peinture plus travaillée, poussée. Sans tomber dans l’hyperréalisme !! 😀

Là, j’ai eu envie de voir si je pouvais faire un fond lisse, en aplat clair.. voir si je peux montrer comme c’est beau une bobine de fil. Ce sont des format 2F.

Celle-ci ne sont pas tout à fait terminées, je prévois une séance encore.
Puis, j’en ferai 2 autres. Et sans doute ce serai bien que je fasse une composition plus grande, avec toutes les bobines, et quelques autres objets.

En faisant ces peintures, j’ai réalisé aussi, mais je le savais en fait… que je ne suis pas peintre de nature morte.
Ce que j’aime, c’est l’objet, l’objet seul, dans sa beauté propre. J’aime le peindre, comme une préciosité, où seule la peinture lui sert d’écrin.

Publicités

5 réflexions sur “les bobines, peinture à l’huile

  1. ça c'est formidable. Fond et objet.Tu dis que tu n'es pas une peintre de nature morte c'est drôle… complètement contradictoire avec ta phrase suivante ? Je ne comprends pas. "Ce que j'aime, c'est l'objet, l'objet seul, dans sa beauté propre. J'aime le peindre, comme une préciosité, où seule la peinture lui sert d'écrin." C'est beau. Vraiment. Et tu as réussi dans ces deux tableaux. Je trouve le modèle vraiment difficile mais tu arrives à lui donner une âme.Garde cette phrase pour tes prochains catalogues d'expo et interviews.

  2. J'entends nature morte dans le sens assembler des objets hétéroclites, ou pas, pour en faire une composition agréable, harmonieuse… et pour travailler la peinture (matière, couleur, compo, trait..)Je différencie cela à peindre un seul objet. C'est peut être aussi de la nature morte, mais ce n'est pas ce que je ressens. Là, on est plus dans l'exploitation de la peinture, mais dans la mise en valeur de l'âme de l'objet, la peinture met tout en oeuvre pour montrer l'objet, ce qu'il est, elle s'éclipse pour lui. C'est à l'inverse d'une certaine peinture actuelle.Merci pour ma petite phrase 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s